Politique de protection des renseignements personnels

Ce site utilise des témoins pour optimiser votre expérience de navigation et suivre la façon dont vous interagissez avec lui. En cliquant sur « J’accepte », vous consentez à l’utilisation de ces témoins. Pour plus de détails sur la façon dont nous traitons ces informations, consultez notre politique de confidentialité.

Je refuse

Où souhaitez-vous
partager cette page?

182, 1re Rue Est

Amos (Québec) J9T 2G1

Téléphone : 819 732-3254

30 juin 2024 - 3e versement de taxes

N’oubliez pas que la date limite pour effectuer le troisième versement des taxes municipales est le dimanche 30 juin 2024.

En savoir plus

Portrait de la ville

Pont de fer d'Amos

Guy Darby

Berceau de l’Abitibi. Au début du XXe siècle, la région de l'Abitibi-Témiscamingue apparaissait comme une terre promise, un vaste territoire vierge qu'il fallait coloniser. Venus des régions plus au sud, des milliers d'habitants s'y installèrent afin d'en exploiter les ressources naturelles.

L'occupation du territoire d'Amos remonte à 1910 et l'émission de la première charte municipale eut lieu en 1914. Première ville de l'Abitibi, elle fut baptisée à juste titre le « Berceau de l'Abitibi ». Elle doit son nom à Lady Alice Gouin, née Alice Amos, épouse de Sir Lomer Gouin, premier ministre du Québec en 1914, année de la fondation de la municipalité.

Située au cœur de l'Abitibi, Amos jouit, de par sa localisation, d'une situation privilégiée qui la place au centre des principales voies de circulation de l'Abitibi. Elle est aussi traversée par la rivière Harricana, voie de communication qui a joué un rôle prépondérant au début du siècle dans le développement et la colonisation de la région, reliant les nouveaux centres miniers entre eux.

Rivière Harricana

La rivière Harricana est la deuxième plus longue voie navigable au Canada (170 km de voie navigable). Elle prend sa source dans les lacs Blouin, De Montigny, Lemoine et Mourier, près de Val-d'Or, et se jette dans la baie James, quelque 553 kilomètres plus au nord. Le nom d'origine de la rivière Harricana est « Nanikana », mais les missionnaires de l'époque, apprenant la langue algonquine au son, le déformèrent pour en faire le mot « Harricana ». L'expression algonquine Nanikana prend tout son sens, car elle signifie « La voie principale ».

Amos aujourd’hui

L'économie amossoise repose principalement sur trois secteurs d'activités : l'agriculture, les mines et surtout, la forêt. Située au cœur de vastes réserves forestières de l'Abitibi, Amos a sur son territoire des usines de sciage et de nombreuses entreprises qui bénéficient des retombées de ce secteur d'activités. Depuis quelques années, l’exploration et l’exploitation dans le domaine minier sont en croissance constante, ce qui contribue à la santé économique du milieu amossois.

Outre cette vocation industrielle, Amos est aussi un chef-lieu judiciaire, un centre administratif, commercial, agricole et religieux de première importance dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue. On y retrouve tous les services qu'une grande ville peut offrir : centre hospitalier, salle de congrès, centre commercial, restaurants, cinéma, salle de spectacle, équipements sportifs, etc.

Amos dispose d'autre part d'une autre richesse d'avenir : l'eau douce! La ville est reconnue pour avoir l'une des meilleures eaux potables au monde. Cette eau est filtrée naturellement par les eskers; des amoncellements de sable laissés par la dérive des glaciers il y a plus de 12 000 ans.

Logo et armoiries

Le nouveau symbole choisi en 2018 rejoint bien les objectifs de communication de la Ville d'Amos.

Symbolique

Le logo représente la croisée des chemins, un carrefour au centre de la ville. Les lignes entremêlées peuvent aussi représenter le croisement des personnes, des rencontres, une communauté riche et mixte. On peut y voir un flocon, faisant référence à l'eau (d'où le bleu).

Armoiries

« De sinople à charrue d'or; au chef du même chargé d'un pic de mineur et d'une hache de sable en sautoir : l'écusson est accosté de deux rinceaux d'érable de sinople. »

Les armoiries de la ville d'Amos illustrent le travail effectué pour éliminer la nature vierge afin de la remplacer par une nature façonnée par l'homme. La partie du haut, avec ses haches et sa couleur rouge, représente le défrichage réalisé par les pionniers. Le rouge correspond aux feux avec lesquels on brûlait les abattis. Dans la partie du bas, la charrue et le vert rappellent l'agriculture effectuée une fois les terres défrichées.

« Opes in solo » est la devise d'Amos. Elle signifie « Richesse dans le sol ».

Portrait économique

Pour en apprendre davantage sur Amos!

En savoir plus